Comme tu le sais, notre morceau Flash Boy est désormais disponible un peu partout. Maintenant, on te laisse ici les paroles, et bien entendu, l’explication de texte qui va avec.

Le terme Flash boy fait référence au trading haute fréquence (ce n’est pas la même chose que du trading classique, ou  le bon vieux trading). C’est Michael Lewis qui “inventé” cette expression dans son livre retentissant: “Flash Boys”.
Si tu ne sais pas de quoi il s’agit, voici un article qui explique bien ce qu’il en est. En gros, tout est géré par des “robots” des algorithmes et la technique est poussée à l’extrême. La bourse est aujourd’hui truquée.
“Le trading haute fréquence permet de dépasser les 1000 transactions par seconde et les technologies sont en évolution permanente pour améliorer ces performances hors norme.” Evidemment, les humains ont bien du mal à suivre et se retrouve régulièrement avec ce qu’on appelle des “flashcrash“. En gros, la machine s’emballe et ils ne comprennent même pas pourquoi. Alors que font-ils dans ce cas là ? Tu ne vas pas y croire ! Ils débranchent la machine et redémarrent… Pour l’instant, il n’y a eu de de “petits crash”. Beaucoup s’inquiètent d’un gros crash qui signerait la fin du système financier. Oublie Wall street, dorénavant tout se passe à Basildon.

Il faut tellement que cela aille vite, qu’on leur a créé un fibre rien que pour eux : la fibre noire. Ces traders sont impossible à contrôler, cela va beaucoup trop vite. Thomas Pertfy est leur gourou, leur mentor, et Eric Hunsader leur pire ennemi.

Que vient faire l’école polytechnique (vu dans les paroles) dans cette histoire ? Je ne sais pas si tu le sais, mais les étudiants perçoivent une rémunération pendant leur scolarité (argent public). Jusque là, pourquoi pas! En effet, on est censé recruter les meilleurs et les former pour qu’ensuite ils soient au service de l’Etat, dans le service public pour améliorer tout plein de choses … C’est plutôt un bon deal. “Ceux qui ne feront pas le choix de travailler pendant 10 ans auprès d’un service public, entendu au sens large (fonction publique d’État, hospitalière, territoriale, entreprises publiques et les établissements publics) devront rembourser la pantoufle calculée sur la base de trois ans de traitement.” Ca, c’est seulement sur le papier, car dans les faits malheureusement ce n’est pas le cas, et c’est là où ça devient gênant ! La cours des comptes les a même déjà épinglés (oui car c’est de l’argent non remboursé à l’Etat).

Pire encore, alors que cette école devrait inciter ses élèves vers le service public, on leur fait une petite journée présentation “Trader”.  Adieu noble projet!

 

A voir:
Les nouveaux loups de wall street.

Dans la peau d’un polytechnicien, trader et escroc

 

Retrouve maintenant les paroles de la chanson Flash Boy:

télécharge les paroles de Flash Boy